Se préparer à la maternelle : 3 conseils pour favoriser l’autonomie

Si votre tout-petit commence bientôt la maternelle, je m’adresse à vous !

 

Souvent, les parents me disent : « Mélanie, je ne sais pas si mon enfant sera prêt à rentrer à la maternelle ! » Une des principales préoccupations qui m’est souvent exprimée en ce sens est la suivante : est-ce que mon enfant sera suffisamment autonome le jour venu.

 

Voici donc 3 éléments sur lesquels vous attarder dès maintenant pour faciliter cette grande étape de vie de votre tout-petit.

 

1 – S’habiller tout seul.

 

Premièrement, le milieu scolaire va s’attendre à ce que l’enfant sache s’habiller par lui-même. Je vous invite donc, dans les prochaines semaines, à accompagner votre enfant, à lui apprendre à s’habiller tout seul.

 

C’est le moment de lui enseigner à attacher ses boutons, si c’est quelque chose de plus difficile pour lui. Il est probablement déjà habitué de mettre chandail, pantalons et chaussettes, mais on les aide un peu lorsqu’il s’agit d’un chemisier. Dès maintenant, on peut S’AMUSER à lui faire attacher et détacher les boutons à répétition. Si vous sentez que c’est un peu plus difficile en début d’année, que ce n’est pas acquis sur le plan de la motricité fine, essayez d’éviter ce type de vêtement pour le moment.

 

 

2 – Lacer ses souliers

 

On va encourager également nos enfants à apprendre à faire des boucles. Je sais, c’est tout un apprentissage ! Habituellement, en début d’année, les enseignantes vont aider les petits à développer cette acquisition. Si vous pouvez commencer dès maintenant, ce sera déjà grandement facilitant pour votre enfant. Les accompagner, leur enseigner à lacer leurs souliers peut être un exercice assez sportif, mais généralement, au mois de décembre, ils seront capables de le faire. Si tel n’est pas le cas, pas de stress ! Il est tout à fait normal à cet âge que cela demeure un défi pour plusieurs enfants.

 

3 – La propreté

 

D’ordinaire, l’acquisition de la propreté, vers l’âge de 5 ans ce n’est pas un problème, ça se passe bien. On s’attend par contre à ce que l’enfant soit capable de s’essuyer tout seul. Il y a encore beaucoup d’enfants avant d’arriver à l’école qui réclament leurs parents pour s’essuyer quand ils vont à la toilette. Donc, il devra être en mesure de le faire à la rentrée puisque comme vous savez, l’enseignante ne peut pas essuyer 25 petits popotins à chaque pause toilette.

 

Pas de pression…

 

Je vous invite à mettre dès maintenant en application ces divers conseils et à accompagner votre enfant dans son apprentissage. On ÉVITE de lui mettre de la pression et de lui dire : « Là, il va falloir que tu apprennes parce qu’à l’école tu dois tout faire ça toi-même ; tes boutons, tes boucles de souliers, etc. » Cette attitude ne fera qu’augmenter le niveau d’anxiété.

 

ON JOUE !

 

On peut le faire sous forme de jeu et encourager notre enfant en le félicitant et en valorisant ses bons coups. On peut faire des concours pour attacher et détacher les chemises ou les souliers, s’amuser à détacher et attacher les souliers de mamans, habiller ses poupées et peluches, etc. Soyez créatifs !

 

Il en a assez ? On arrête, sans lui mettre de pression. L’idée ce n’est pas d’augmenter l’anxiété chez notre enfant, mais bien de l’accompagner pour faciliter la rentrée scolaire.

 

Petite précision pour les lecteurs de l’Europe : au Québec, la rentrée scolaire se fait à l’âge de 5 ans. Ces conseils sont donc réalistes pour les enfants de cet âge.

 

Je publierai dans les prochaines semaines d’autres conseils utiles pour faciliter la rentrée de tous.

 

Je vous souhaite une très belle rentrée !

 

 

Crédit image : Designed by Freepik

Vous aimez l'article ?

Share on facebook
Partager sur Facebook
Share on twitter
Partager sur Twitter
Share on pinterest
Partager sur Pinterest
Share on email
Partager par courriel

Laissez un commentaire